Projet de piste de karting à Saint-Triphon : « Du bruit et du trafic en perspective! »

Projet de piste de karting à Saint-Triphon : « Du bruit et du trafic en perspective! »
Projet de piste de karting à Saint-Triphon : « Du bruit et du trafic en perspective! »

Projet de pitste de karting à St-Triphon

Du bruit et du trafic en perspective – levée de boucliers

Le 1er avril 2016 la société Carrières du Lessus HB SA a déposé auprès de la municipalité d’Ollon une demande d’autorisation de construire une piste de karting avec bâtiment de réception sur les parcelles dont elle est propriétaire au pied de la colline de Saint-Triphon le long de la ligne CFF.

Selon le périmètre du Plan partiel d’affection communal (PPA) « Les Carrières du Lessus » le secteur incluant ces immeubles est situé respectivement en zone indus-  trielle, en zone de traitement des matériaux inertes et en zone de dépôt.Cette demande d’aménagement d’une piste de karting avec infrastructure correspondante a suscité une vague d’oppositions émanant tant des habitants de la colline de Saint-Triphon,proches du site, que de diverses organisations, parmi lesquelles CHABLAIR, et des CFF.

Renvoi à l’expéditeur

Par décision du 9 février 2017, la municipalité d’Ollon a refusé à la société requérante le permis de construire, motif pris que l’aménagement du karting projeté, situé en zone industrielle, n’était pas conforme au PPA.

 

Contestant cette décision, la société Carrières du Lessus SA a, par écritures des 10 février et 13 mars 2017, interjeté recours auprès de la Cour de droit administratif et public (CDAP) du Tribunal cantonal vaudois et conclu à l’admission du recours assortie d’une délivrance de l’autorisation de construire.

 

Dans son arrêt du 6 avril 2018 la Cour susnommée a rejeté le recours de la société intimée et confirmé la décision de la municipalité d’Ollon. En bref les juges administratifs ont considéré que cette collectivité n’avait pas commis un abus de droit ni un excès de son large pouvoir d’appréciation en retenant que le projet d’aménager une piste de karting en plein air n’était pas conforme à la zone industrielle telle que définie par le règlement du PPA susmentionné, dite collectivité jouissant en effet d’un certain  pouvoir d’appréciation dans l’interprétation de sa législation communale.

De surcroît cette instance judiciaire a relevé qu’en application de l’article 18m de la loi fédérale sur les chemins de fer,  les CFF n’entendaient pas donner leur accord à ce projet de loisirs.

Mon-Repos à la rescousse

Insatisfaite de cet arrêt, la société requérante a, par son mandataire, recouru le 8 mai  2018 auprès de la Cour de droit administratif et public du Tribunal fédéral. Le dossier est donc maintenant en mains de la Haute Cour fédérale appelée à statuer en dernière instance.

Action citoyenne et associative

Les opposants à ce projet et légitimés à agir en justice n’ont pas désarmé pour autant et poursuivent leur action tant associativement que juridiquement.

Récemment une association à but non lucratif et à caractère local a été fondée sous la dénomination « L’Echo du Caillou » dont le but est de préserver la beauté et la tranquillité du village de Saint-Triphon.

Actuellement elle défend les habitants de Saint-Triphon contre ce projet de karting dont l’implantation se situe en-dessous du jardin botanique et à moins de 300 mètres des premières habitations.

Son slogan n’est pas un vain mot

CHABLAIR a naturellement adhéré à cette association dont M. Jean-François Huck vice-président de CHABLAIR, est membre de son comité.

Site internet de L’Echo du Caillou : www.lechoducaillou.wxsite.com/1867

Adresse courriel : lechoducaillou@gmail.com